official selection.png

OPYUM 021, IMMORALITY

We want to organize non-institutional exhibitions

 

The modern world was incapable of proposing a coherent morality, and as a result no consensus will have been able to be established. Nevertheless, it has often been accompanied with a cult of immorality.

The performances participate in this development, they certainly give to see, but also to reflect on the practice itself and the system of the society. What is important to understand is: Why does the emblem of the spectacular image, incorporating a discipline such as performance, be considered unusual and immoral ? While it no longer represents the same subversiveness as when it first appeared, the performance, far from being «destroyed» and digested by the image, remains a place of encounter and distance which is just as lively, and its presentation, far from representing a condemnable impoverishment, is a moral enrichment of a «deconstructive genealogy» of visual identity. The Festival relies on this practice to redefine the limits of morality, the very one that defines normativity mainstreaming policy.

Unfortunately, in our society, immorality has become a bigger problem than the economy. Morally, we have declined to such an extent that even our daily activities are scrutinized and judged.

These inverted value judgments are not just for the apology of transgression; they can come from a break of moral values that change over the course of history. In Sade’s work, it is not eroticism that is prohibited, it is the emergence of an irrepressible sexuality, a transubstantiation of the word. This other writing, challenging the culture, not only the bourgeoisie opposes it, but also the «voyeurs» of political life to performative immoralism.

Ambiguity reigns between a writer who destroys language, brings out sex and meat. Literature and performance would have for ethics to deconstruct, to disturb the social and moral order. The video-performance, by distributing event-specific singularities on the immanent level of creation, is the site of fundamental questions in a society violated by the notion of «catastrophe».

In questions of gender, as a social and language relationship, produced by the performative statement of the norm, gives the subject the possibility of radically re-meaning the statements of power. The subject establishes a critical relationship with oneself and, more precisely, with the representation of oneself imposed by discourse of truth.

Getting out of symbolic confinement where the symbol becomes a senseless, disaffected combinatorial operation. The anxiety-provoking side of the world to signify the present and the physical and / or digital body is the only way to escape the concept which imposes on the lived its “terrorism of coherence”.

OPYUM TEAM

OPYUM 021 IMMORALITE

Nous voulons organiser des expositions non institutionnelles

 

Le monde moderne était incapable de proposer une morale cohérente, et de ce fait aucun consensus n'aura pu s'établir. Néanmoins, elle s'est souvent accompagnée d'un culte de l'immoralité.

Les performances participent à ce développement, elles donnent certes à voir, mais aussi à réfléchir sur la pratique elle-même et le système de la société. Ce qu'il est important de comprendre, c'est : Pourquoi l'emblème de l'image spectaculaire, intégrant une discipline telle que la performance, est-il considéré comme inhabituel et immoral ? Si elle ne représente plus la même subversivité qu'à ses débuts, la performance, loin d'être « détruite » et digérée par l'image, reste un lieu de rencontre et de distance tout aussi vivant, et sa présentation, loin de représenter un paupérisation condamnable, est un enrichissement moral d'une « généalogie déconstructive » de l'identité visuelle. Le Festival s'appuie sur cette pratique pour redéfinir les limites de la morale, celle-là même qui définit la politique d'intégration de la normativité.

Malheureusement, dans notre société, l'immoralité est devenue un problème plus important que l'économie. Moralement, nous avons décliné à un point tel que même nos activités quotidiennes sont scrutées et jugées.

Ces jugements de valeur inversés ne sont pas seulement pour l'apologie de la transgression ; elles peuvent provenir d'une rupture de valeurs morales qui évoluent au cours de l'histoire. Dans l'œuvre de Sade, ce n'est pas l'érotisme qui est interdit, c'est l'émergence d'une sexualité irrépressible, une transsubstantiation de la parole. Cette autre écriture, défiant la culture, non seulement la bourgeoisie s'y oppose, mais aussi les « voyeurs » de la vie politique à l'immoralisme performatif.

L'ambiguïté règne entre un écrivain qui détruit le langage, fait ressortir le sexe et la viande. Littérature et performance auraient pour éthique de déconstruire, de perturber l'ordre social et moral. La vidéo-performance, en distribuant des singularités événementielles au niveau immanent de la création, est le lieu d'interrogations fondamentales dans une société violée par la notion de « catastrophe ».

Dans les questions de genre, en tant que rapport social et langagier, produit par l'énoncé performatif de la norme, donne au sujet la possibilité de re-signifier radicalement les énoncés de pouvoir. Le sujet établit un rapport critique avec soi-même et, plus précisément, avec la représentation de soi imposée par le discours de vérité.

Sortir de l'enfermement symbolique où le symbole devient une opération combinatoire insensée et désaffectée. Le côté anxiogène du monde pour signifier le présent et le corps physique et/ou numérique est le seul moyen d'échapper au concept qui impose au vécu son « terrorisme de cohérence ».

OPYUM TEAM