Capture d’écran 2020-11-13 à 15.35.18.
Capture d’écran 2020-11-13 à 15.37.22.
Capture d’écran 2020-11-13 à 15.35.57.

"Crumbling body" 2015

Ma recherche consiste à développer une démarche artistique que j'ai intitulée Corpo Ruído (Noise Body). Cette pratique fonctionne avec la capacité de ces dispositifs des sens qui peuvent générer une déstabilisation de l'idée d'un corps qui expérimente. J'ai choisi d'opérer sur les dispositifs susmentionnés, car ces derniers sont capables de produire des distorsions pouvant affecter la compréhension habituelle d'une expérience, en provoquant une expérience perceptive alternative d'un environnement. Dans ma pratique, j'ai créé une série de performances dans lesquelles je recouvre tout mon corps d'aimants très puissants, tandis que d'autres artistes recouvrent ces aimants de déchets de fer industriels jusqu'à ce que mon corps disparaisse sous ces déchets. Le concept de « Noise Body » représente un corps qui se définit par la somme de trois facteurs : la précarité, l'incertitude et le risque. Les aimants sont des éléments de mon travail qui servent à discuter le concept de forces. Non seulement du genre subjectif invisible, mais aussi du type de forces sociales plus évidentes qui travaillent à consolider un système de pouvoir qui finit par façonner des choses comme les corps, les sentiments, les subjectivités et les vérités. Dans ces performances, j'essaie de mettre en valeur des corps en train de se désassembler, de s'effondrer. En définitive, ce que je propose dans mes actions, c'est un usage performatif de mon corps comme « support matériel dans lequel s'inscrivent les formes de conflit ».

My research consists in developing an art procedure that I entitled Corpo Ruído (Noise Body). This practice operates with the capacity of those devices of the senses that can generate a destabilization of the idea of a body that experience. I chose to operate on the aforementioned devices, because the latter are capable of producing distortions that can affect the usual understanding of an experience, by bringing about an alternative perceptive experience of an environment. In my practice I have created a series of performances in which I cover all my body with very strong magnets, while I have others performers cover these magnets with industrial iron scraps all the way until my body disappears under this trash. The concept of «Noise Body» represents a body that is defined by a sum of three factors: precariousness, uncertainty and risk.  The magnets are elements of my work that serve to discuss the concept of forces. Not only of the invisible subjective kind, but also of the more evident, social type of forces that work to consolidate a system of power that ends up shaping things like bodies, feelings, subjectivities and truths. In these performances I try to showcase bodies in disassembly, crumbling. Ultimately, what I propose in my actions is a performative use of my body as «material support in which the forms of conflict are inscribed».

Paula Garcia